Le Capitalien

Un marché de dupes pour 66 % des investisseurs « mutualisés »

2016-10-20
Normand Caron

Lorsque les investisseurs achètent des parts de fonds communs de placement (« investisseurs mutualisés »), ils s’attendent à recevoir un rendement au moins supérieur aux frais qu’ils paient aux représentants et gestionnaires des institutions qui canalisent et administrent leurs épargnes. Or, selon les informations recueillies par le capitalien (qui suit de près cette « industrie » depuis plusieurs années), seulement 34 % des participants à ces fonds ont vu leurs attentes comblées au cours de la dernière période de 5 ans, laissant bredouille la grande majorité (66 %). Dans ce carnet, nous passons en revue certaines données récentes sur la performance générale de ce type de véhicule de placement collectif et tenterons éventuellement de dégager quelques leçons pour le capitalien avisé.

Leur ont-ils fait encore confiance?

2016-10-06
Normand Caron

Dans le patrimoine financier total des ménages du Québec (qui, rappelons-le, avait franchi en décembre 2015 le cap des mille milliards de dollars), figure une catégorie importante d’actifs (à plus long terme que les dépôts bancaires) qu’on désigne généralement sous les vocables de « fonds mutuels », fonds communs de placement ou fonds d’investissement. Selon les récentes données compilées et analysées par le capitalien, deux ménages sur trois au Québec y avaient investi une partie de leurs épargnes. Quelles sont les sommes accumulées dans ces fonds? Quels types de placement ont été privilégiés? Quelles performances ont été observées? Le présent carnet tente d’y jeter un peu de lumière.

Desjardins toujours premier… mais perd du terrain!

2016-09-29
Normand Caron

Dans mes carnets précédents, je révélais que les dépôts bancaires des ménages du Québec avaient connu une croissance de 23 % en cinq années, ajoutant une somme de plus de 37 milliards aux 160 déjà accumulés à la fin de 2010. Ayant atteint un sommet de près de 200 milliards à la fin de 2015, j’en concluais que cela représentait un effort individuel d’épargne très significatif.

Dans ce carnet, je vous invite à jeter un éclairage sur la performance des institutions financières sur ce marché de la canalisation de l’épargne à court terme des épargnants. Quelle forme a prise cette épargne? Dépôts à vue et à préavis ou dépôts à terme? Qui des grandes banques à charte de Toronto, de nos caisses populaires ou de nos banques « québécoises » remporte la palme d’or? Quelles sont les parts de marché de chacune et comment ont-elles évolué au cours des cinq dernières années?

Des Capitaliens de plus en plus frileux dans leurs « bas de laine »

2016-09-21
Normand Caron

La semaine dernière, le MÉDAC révélait que le patrimoine financier collectif total des ménages du Québec avait franchi en décembre 2015 le cap des mille milliards de dollars. Selon les plus récentes données publiques compilées, regroupées et analysées par le Capitalien, l’épargne financière collective totale des ménages du Québec avait effectivement atteint un sommet de 1 047 milliards de dollars au 31 décembre 2015, par rapport aux 682 milliards de dollars cinq ans plus tôt, soit au 31 décembre 2010. Une croissance de 53,6 % en cinq années, ce qui constitue un effort non négligeable d’épargne, tant individuellement que collectivement.

Le capitalien, un agent de changement

2015-01-23
Normand Caron

Le grand absent de la « démocratie actionnariale », c’est l’actionnaire lui-même! Voilà un constat que viennent de faire les analystes et autorités réglementaires de tous les pays à économie de marché, suite aux déboires qu’ont connus les marchés financiers mondiaux. Tous appellent à une « revalorisation du statut de l’actionnaire », à « réinventer la relation entre les actionnaires et l’entreprise dont ils sont propriétaires ». Le capitalien s’inscrit d’emblée dans cette démarche de valorisation. Il en fait même une revendication permanente et souscrit à toute réforme réglementaire ou législative qui y concoure.

L’émergence d’un capitalisme nouveau

2015-01-16
Normand Caron

Je reprends la rédaction des carnets du capitalien pour parler stratégie cette fois-ci. Jusqu’à maintenant, la première série a dressé un portrait statistique de notre épargne patrimoniale, individuelle et collective. Il nous a fait prendre conscience que nous sommes devenus de nouveaux propriétaires de l’économie et les principaux fournisseurs de capitaux pour les gouvernements et les entreprises. Mais qu’en faisons-nous? Quelle est la stratégie de ces nouveaux « capitaliens » que nous sommes? Sommes-nous proactifs ou laissons-nous des inconnus prendre les décisions à notre place?

Partenaires :