Bombardier

  • BRP — Les Beaudoin-Bombardier passent à la caisse

    BRP versera un dividende

    2 juin 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    Le constructeur de véhicules récréatifs BRP s’apprête à verser le premier dividende de son histoire.

    La participation de la famille Beaudoin-Bombardier dans BRP lui permettra de passer à la caisse alors que le constructeur de véhicules récréatifs s’apprête à verser le premier dividende de son histoire en plus de procéder à un important rachat d’actions.

    En dévoilant ses résultats du premier trimestre avant son assemblée annuelle, jeudi, la société de Valcourt a annoncé qu’elle retournera 8 ¢ par action à ses porteurs de titres à compter du 13 juillet en plus de racheter des actions jusqu’à concurrence de 350 millions d’ici la fin de juillet à un prix qui n’a pas encore été déterminé.

  • Bilan des AAA 2017 — Québecor, Power, Bombardier

    Du vent dans les voiles pour l’avenir (1/3)

    Montréal, le 19 mai 2017 — Les assemblées annuelles d’actionnaires (AAA) de la saison 2017 ont permis de constater l’importance des gains précédents et de soutirer de nouveaux acquis vers une plus juste redistribution socioéconomique des rendements d’entreprises.

  • Analyse du vote des actionnaires de Bombardier

    Un train en cache souvent un autre…

    Le 12 mai 2017
    Normand Caron, Le MÉDAC

    Même si les votes exercés par les actionnaires de Bombardier réunis en assemblée annuelle ce jeudi 11 mai 2017 ont jeté un baume rassurant pour les hauts dirigeants de l’entreprise et les propriétaires de contrôle, notamment quant à leur politique de rémunération, une analyse plus détaillée des résultats met en lumière une profonde scission entre les deux catégories d’actionnaires, les subalternes avec un droit de vote par action et les membres de la famille Beaudoin-Bombardier détenant 10 droits de vote par action.

    Déclinons le portrait complet de ce qui s’est passé dans l’isoloir de la « démocratie actionnariale » de ce fleuron québécois.

  • Comptes rendus d’assemblées attendues

    Les actionnaires et les citoyens vivent-ils sur la même planète?

    Montréal, le 12 mai 2017 — Seulement environ 6 % des votes exercés par des actionnaires lors du vote consultatif sur la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier ont été exprimés contre l’approche de l’entreprise, malgré l’apparente contestation médiatisée de certains investisseurs institutionnels.

  • Dostaler @Fillion — Bombardier

    Isabelle Dostaler sur Bombardier à Gérald Fillion

    2017-05-09
    Gérald Fillion, RDI Économie

    « Pourquoi Teachers et la Caisse de dépôt réclament le départ de Pierre Beaudoin chez Bombardier? Entrevue avec Isabelle Dostaler, de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia. »

  • Thouin @Dutrizac sur Bombardier

    Daniel Thouin à Benoît Dutrizac sur Bombardier

    2017-05-09
    Benoît Dutrizac, émission Dutrizac, 98,5 MF

    « Bombardier: À quand le grand départ de Pierre Beaudoin, c'est pour jeudi? Daniel Thouin est président du MEDAC. »

    Source ›››

  • Thouin @Durocher — Bombardier

    Daniel Thouin à Sophie Durocher sur Bombardier

    2017-05-09
    Sophie Durocher, Sophie sans compromis, BLVD 102,1 MF MF

    Entrevue avec Daniel Thouin du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires.

    Source ›››

  • Nadeau @Arcand — Bombardier

    L’État a 5 fois plus d’argent dans Bombardier que la famille Beaudoin

    2017-05-09
    Paul Arcand, Puisqu’il faut se lever, 98,5 MF

    La CDPQ vote contre la politique de rémunération des membres de la haute direction de Bombardier et désavoue Pierre Beaudoin. Entrevue avec Michel Nadeau, Directeur général de l'Institut de la gouvernance.

    « C’est bien de dire que la famille Beaudoin a 53 % des votes. Mais regardons l’argent investi. La valeur de la famille Beaudoin, c’est 600 millions de dollars. La Caisse de dépôt a mis 2 milliards. Le gouvernement du Québec a mis 1 milliard et quart à côté. Donc, ça fait 3 milliards et quart. C’est 5 fois plus d’argent que la famille Beaudoin. »
    — Michel Nadeau

    Source ›››

  • Bombardier — Le FondsFTQ et Teachers entrent dans le bal

    La Caisse de dépôt et le Fonds FTQ contre la politique de rémunération

    Les deux institutions se positionnent contre la politique de rémunération

    9 mai 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    La Caisse de dépôt et placement du Québec a aussi fait savoir qu’elle n’a pas appuyé la réélection de l’actuel président-directeur, Pierre Beaudoin.

    À quelques jours de l’assemblée des actionnaires de Bombardier, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et le Fonds de solidarité FTQ désavouent le président-directeur du conseil d’administration, Pierre Beaudoin, en plus de s’opposer à l’approche de la multinationale en matière de rémunération de ses patrons.

  • Bombardier — La rémunération appuyée à 96 % en 2016

    Les salaires feront de nouveau réagir

    9 mai 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    La Caisse de dépôt n’est pas seule. La rémunération des patrons de Bombardier, à l’origine d’une vive controverse il y a un peu plus d’un mois, pourrait revenir au coeur des discussions dans le cadre de l’assemblée annuelle de la multinationale, jeudi.

    Déjà, le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), par l’entremise de son président, Daniel Thouin, compte interpeller la haute direction du constructeur d’avions et de trains sur la question de la rémunération. « Le sujet est plus sensible qu’à l’habitude, a expliqué son coordonnateur, Willie Gagnon, au cours d’un entretien téléphonique. Comme l’an dernier, nous allons voter contre l’approche de la société en matière de rémunération. »

    Sans dévoiler de données précises, M. Gagnon affirme que cette controverse a fait en sorte que le MÉDAC a reçu « deux fois plus de procurations d’actionnaires » qu’à l’habitude. L’an dernier, la résolution consultative non contraignante sur l’approche de l’entreprise en matière de rémunération des membres de la haute direction avait été appuyée dans une proportion de 96,1 % par les actionnaires. « On souhaite qu’il y ait un plus fort taux d’opposition, a expliqué M. Gagnon. On ne comprend pas pourquoi il n’y en a pas eu avant. Cette politique avait reçu le feu vert l’an dernier. C’est ce qui est à l’origine du scandale. »

  • Poids de la Caisse de dépôt dans Bombardier

    La Caisse de dépôt a-t-elle assez de votes pour fouetter Bombardier?

    Montréal, le 08 mai 2017 — La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) devra recevoir un coup de main d’autres actionnaires pour raisonner le conseil d’administration de Bombardier.

  • Bombardier dans la tourmente

    Photo : Yan Gouger (CC BY-SA 3.0)

    Salaires : retour de la controverse à l’assemblée de Bombardier?

    8 mai 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    Montréal — La rémunération des patrons de Bombardier, à l’origine d’une vive controverse il y a un peu plus d’un mois, pourrait revenir au coeur des discussions cette semaine dans le cadre de l’assemblée annuelle de la multinationale, jeudi.

    Après les installations de Mirabel l’an dernier, c’est au centre montréalais de finition des avions d’affaires Global, à Dorval, que le constructeur d’avions et de trains rencontrera ses actionnaires.

    Déjà, le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), par l’entremise de son président, Daniel Thouin, compte interpeller la haute direction du constructeur d’avions et de trains sur la question de la rémunération.

    « Le sujet est plus sensible qu’à l’habitude, a expliqué son coordonnateur, Willie Gagnon, au cours d’un entretien téléphonique. Comme l’an dernier, nous allons voter contre l’approche de la société en matière de rémunération. »

  • Bombardier — Répondre de son rendement

    Photo d’archives, Agence QMI
    Alain Bellemare (président et chef de la direction), Pierre Beaudoin (président exécutif du conseil d’administration) et Laurent Beaudoin (président émérite du conseil) lors de l’assemblée des actionnaires de Bombardier, à Mirabel, le 29 avril 2016.

    Leçon de modestie pour l’avionneur québécois

    Malgré les profits, Embraer n’a pas vu sa rémunération exploser

    7 mai 2017
    Philippe Orfali, Le Journal de Montréal

    Embraer, avionneur bien connu du Brésil, aurait des leçons à donner en matière de rémunération à Bombardier. Les sept hauts dirigeants du principal compétiteur de Bombardier Avions commerciaux ont empoché 10 millions $ de moins que ceux de l’entreprise québécoise l’an dernier, malgré des profits de 252 millions $.

    Alors que Bombardier annonçait une hausse de la rémunération de ses sept grands patrons de l’ordre de 48%, malgré un déficit, des dizaines de milliers de mises à pied et un investissement gouvernemental de 3,3 milliards $ dans l’entreprise, Embraer a réalisé 252,5 millions $ CA de profits en 2016. La haute gestion a pendant ce temps vu son salaire croître de seulement 4%.

  • Faire déborder le vase

    Une goutte de trop!

    2017-05-05
    Daniel Thouin, président du conseil d’administration
    Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC)

    Lettre ouverte

    C’est parce que le Québec est une société distincte de relative petite taille que l’on a aperçu la goutte des salaires des hauts dirigeants de Bombardier nous affecter. En effet, il faut prendre conscience que toutes les sociétés ouvertes (cotées en bourse) ont déjà largement rempli le vase de notre indignation depuis 1976. Cette année là, un article du Journal of Financial Economics de l’Université de Rochester dans lequel l’idée suivante est avancée : rémunérer les dirigeants d’une entreprise en actions avec droit de vote aux cadres supérieurs de l’entreprise revient à harmoniser leurs intérêts avec ceux des actionnaires. Cette suggestion fut adoptée, ou plutôt appliquée, à vitesse grand V par Jack Welch, alors P.-D.G. de General Electric. On s’en doute, il fut imité illico par ses confrères[1].

  • Le MÉDAC sur cinq fronts en même temps

    Cinq assemblées annuelles en 48 h, du 10 au 12 mai

    Montréal, le 28 avril 2017 — Le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) et ses ambassadeurs représenteront des épargnants et des investisseurs individuels lors de cinq assemblées annuelles des actionnaires (AAA) du 10 au 12 mai.

  • Ratio de rémunération — Nouvelle étude

    Maladie généralisée dont Bombardier n’est qu’un symptôme

    Montréal, le 13 avril 2017 — La presse québécoise prend consicence que les revenus des dirigeants de Bombardier ne sont pas un cas isolé de rémunérations excessives.

  • Bombardier — Les documents déposés

    Alain Bellemare, le PDG de Bombardier… (Photo Archives La Presse canadienne)

    Rémunération : pas question de rouvrir l’entente avec Bombardier, dit Anglade

    10 avril 2017
    Julien Arsenault, La Presse Canadienne

    Aussitôt remise, la pétition signée par quelque 34 000 personnes demandant à Québec de revoir les modalités de l’investissement de 1,3 milliard de dollars de l’État québécois dans la CSeries de Bombardier a reçu une fin de non-recevoir par la ministre de l’Économie, Dominique Anglade.

    « Ce n’est pas du tout dans les plans », a-t-elle affirmé, lundi, de passage au Palais des congrès de Montréal pour une annonce à caractère économique, après qu’Amir Khadir, de Québec solidaire, lui ait remis en mains propres la pétition.

  • Un vrai débat sur la rémunération

    [De gauche à droite] Le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare en compagnie du président exécutif du C.A., Pierre Beaudoin. Photo : Reuters/Christinne Muschi

    Pourquoi ne pas faire un vrai débat sur la rémunération des PDG?

    2017-04-07
    Gérald Fillion, Radio-Canada

    Beaucoup de gens demandent à Pierre Beaudoin de quitter son poste de président exécutif du conseil de Bombardier affirmant qu’il est là, le vrai scandale de la rémunération qui fait rager les Québécois depuis une semaine.

    Limiter l’enjeu à Pierre Beaudoin nous fait toutefois rater l’occasion d’un vrai débat sur la rémunération des hauts dirigeants d’entreprises. Il m’apparaît essentiel de ramener également le projecteur sur Alain Bellemare, dont la rémunération totale en 2016 est évaluée à 12,7 millions de dollars canadiens.

    Alain Bellemare a maintenant sa place parmi les 10 ou 15 PDG les mieux payés au Canada. Il gagne plus que le PDG d’Airbus, mais moins que celui de Boeing, dont les revenus sont, il faut le dire, six fois plus élevés que Bombardier. La rémunération totale de 2016 pour le grand chef de Bombardier représente 257 fois le salaire moyen industriel au Canada et 157 fois le salaire moyen des employés de Bombardier, qui serait de 81 000 $ par année, selon le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC).

  • Le réveil des actionnaires

    La hausse de la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier est une décision qui pue au nez du président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires, Daniel Thouin.

    Photo : Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Rémunération des hauts dirigeants : l’action passe par le réveil des actionnaires

    4 avril 2017
    Gilbert Leduc, Le Soleil

    (Québec) « Ça ne sert plus à rien de s’indigner et de pousser les hauts cris. Le moment est venu de passer à l’action. Petits actionnaires, ne jetez plus à la poubelle sans la regarder l’invitation pour participer à l’assemblée générale annuelle de la compagnie dans laquelle vous avez investi vos précieux billets verts. Présentez-vous. Posez des questions. Faites-vous entendre. »

    Oui, la hausse de la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier est une décision qui pue au nez du président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires [MEDAC], Daniel Thouin.

  • Thouin @LCN — Bombardier

    Le MÉDAC invite les actionnaires à voter contre les hausses de salaire

    2 avril 2017
    Agence QMI, TVA Nouvelles et LCN

    Source ›››

    Le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) demande aux actionnaires de Bombardier de s’opposer aux hausses de rémunération de certains de ses cadres à l’occasion de l’assemblée annuelle des actionnaires le 11 mai.

    En entrevue à TVA Nouvelles, dimanche, le président du MÉDAC, Daniel Thouin, a expliqué que la rémunération des hauts dirigeants de compagnies par le biais d’actions a démontré depuis son apparition il y a quelques décennies qu’elle ne fonctionne pas.

Partenaires :