Revue de presse

Le Groupe de travail présente la toute première stratégie nationale conçue pour améliorer la « littératie* » financière des Canadiens

Le rapport final expose un plan d’action concret, réalisable et abordable

Ottawa, le 9 février 2011 — Le Groupe de travail sur la « littératie* » financière du Canada a rendu public aujourd’hui son rapport au ministre fédéral des Finances, dans lequel il recommande de mettre en place sans délai une stratégie nationale destinée à renforcer la « littératie* » financière des Canadiens.

«  La ‹ littératie* › financière revêt une importance cruciale pour la prospérité des Canadiens et du pays, a déclaré Donald A. Stewart, le président du Groupe de travail. En accroissant leurs connaissances, leurs compétences et leur confiance en soi en matière financière, les Canadiens pourront prendre des décisions responsables, réaliser leurs objectifs personnels, améliorer leur qualité de vie et renforcer la compétitivité du Canada.  »

Le plan d’action recommandé par le Groupe de travail reflète les points de vue et les priorités de la population. Il s’agit d’un plan concret, réalisable et abordable, qui repose sur cinq piliers prioritaires  : responsabilité partagée, leadership et collaboration, apprentissage continu, prestation et promotion de la « littératie* » financière, et responsabilisation. Le rapport présente 30 recommandations détaillées, conçues pour répondre aux différents besoins des Canadiens en préconisant l’enseignement formel en classe, l’intégration de la « littératie* » financière aux programmes du gouvernement fédéral, la création d’un site Web centralisé sur la « littératie* » financière, la diffusion de messages clairs et la sensibilisation du public. Un processus continu d’évaluation assurera la reddition de comptes au Parlement.

«  La réalisation de progrès véritables nécessitera les efforts concertés et la collaboration de tous les acteurs, a ajouté le vice-président du Groupe de travail, L. Jacques Ménard. Cela comprend non seulement les Canadiennes et les Canadiens, les différents paliers de gouvernement, les petites organisations sans but lucratif qui aident les immigrants à s’intégrer, les fournisseurs de services financiers et les entreprises actives dans tous les secteurs de l’économie canadienne, mais bien d’autres encore. Le plan s’appuie d’ailleurs sur le travail de ‹ littératie* › financière déjà amorcé par un grand nombre de groupes et de particuliers.  »

Les membres du Groupe de travail se sont réunis à plusieurs reprises et ont tenu des téléconférences à intervalles réguliers pour mettre au point la stratégie énoncée dans le rapport. En plus de nouvelles recherches approfondies au Canada ainsi qu’une étude des pratiques exemplaires observées sur la scène internationale, les membres du Groupe de travail ont publié un document de consultation détaillé et mené pendant 12 semaines une série de consultations publiques en se répartissant en petites équipes qui se sont rendues dans chaque province et chaque territoire. Le Groupe de travail a pu ainsi s’assurer que les recommandations reflètent les points de vue, les valeurs et les expériences de tous les secteurs de la population. Le Groupe de travail a rencontré plus de 170 particuliers et organisations, et reçu plus de 300 mémoires.

On peut consulter le rapport final à l’adresse www.litteratiefinanciereaucanada.com

Contexte

Dans le budget de 2009, le ministre des Finances fédéral a annoncé son intention de mettre sur pied un groupe de travail national sur la « littératie* » financière. Ce groupe serait chargé de fournir au ministre des Finances des avis et des recommandations qui formeraient la base d’une stratégie nationale visant à renforcer la « littératie* » financière des Canadiens. Le Groupe de travail sur la « littératie* » financière, qui a été créé en juin 2009, se compose de 13 membres issus des milieux d’affaires, du secteur de l’enseignement, d’organisations communautaires et du milieu universitaire.

- 30 -

Renseignements  :

John Kane
Conseiller principal en communications
Secrétariat du Groupe de travail sur la « littératie* » financière
613-960-0787
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

--

Source ›››

Rapport ›››

Document du Rapport au format *.html ›››

Document du Rapport au format *.pdf ›››

Sommaire du Rapport au format *.pdf ›››

Financial Crisis Was Avoidable, Inquiry Finds

The commission’s report finds fault with two Fed chairmen : Alan Greenspan, right, a skeptic of regulation who led the central bank as the housing bubble expanded, and his successor, Ben S. Bernanke, who did not foresee the crisis but then played a crucial role in the response to it.

25 janvier 2011
Sewell Chan, le New York Times

WASHINGTON — The 2008 financial crisis was an “avoidable” disaster caused by widespread failures in government regulation, corporate mismanagement and heedless risk-taking by Wall Street, according to the conclusions of a federal inquiry.

The commission that investigated the crisis casts a wide net of blame, faulting two administrations, the Federal Reserve and other regulators for permitting a calamitous concoction : shoddy mortgage lending, the excessive packaging and sale of loans to investors and risky bets on securities backed by the loans.

“The greatest tragedy would be to accept the refrain that no one could have seen this coming and thus nothing could have been done,” the panel wrote in the report’s conclusions, which were read by The New York Times. “If we accept this notion, it will happen again.”

While the panel, the Financial Crisis Inquiry Commission, accuses several financial institutions of greed, ineptitude or both, some of its gravest conclusions concern government failings, with embarrassing implications for both parties. But the panel was itself divided along partisan lines, which could blunt the impact of its findings.

Many of the conclusions have been widely described, but the synthesis of interviews, documents and testimony, along with its government imprimatur, give the report — to be released on Thursday as a 576-page book — a conclusive sweep and authority.

The commission held 19 days of hearings and interviews with more than 700 witnesses; it has pledged to release a trove of transcripts and other raw material online.

Of the 10 commission members, the six appointed by Democrats endorsed the final report. Three Republican members have prepared a dissent focusing on a narrower set of causes; a fourth Republican, Peter J. Wallison, has his own dissent, calling policies to promote homeownership the major culprit. The panel was hobbled repeatedly by internal divisions and staff turnover.

The majority report finds fault with two Fed chairmen : Alan Greenspan, who led the central bank as the housing bubble expanded, and his successor, Ben S. Bernanke, who did not foresee the crisis but played a crucial role in the response. It criticizes Mr. Greenspan for advocating deregulation and cites a “pivotal failure to stem the flow of toxic mortgages” under his leadership as a “prime example” of negligence.

It also criticizes the Bush administration’s “inconsistent response” to the crisis — allowing Lehman Brothers to collapse in September 2008 after earlier bailing out another bank, Bear Stearns, with Fed help — as having “added to the uncertainty and panic in the financial markets.”

Like Mr. Bernanke, Mr. Bush’s Treasury secretary, Henry M. Paulson Jr., predicted in 2007 — wrongly, it turned out — that the subprime collapse would be contained, the report notes.

Democrats also come under fire. The decision in 2000 to shield the exotic financial instruments known as over-the-counter derivatives from regulation, made during the last year of President Bill Clinton’s term, is called “a key turning point in the march toward the financial crisis.”

Timothy F. Geithner, who was president of the Federal Reserve Bank of New York during the crisis and is now the Treasury secretary, was not unscathed; the report finds that the New York Fed missed signs of trouble at Citigroup and Lehman, though it did not have the main responsibility for overseeing them.

Former and current officials named in the report, as well as financial institutions, declined Tuesday to comment before the report was released.

The report could reignite debate over the influence of Wall Street; it says regulators “lacked the political will” to scrutinize and hold accountable the institutions they were supposed to oversee. The financial industry spent $2.7 billion on lobbying from 1999 to 2008, while individuals and committees affiliated with it made more than $1 billion in campaign contributions.

The report does knock down — at least partly — several early theories for the financial crisis. It says the low interest rates brought about by the Fed after the 2001 recession; Fannie Mae and Freddie Mac, the mortgage finance giants; and the “aggressive homeownership goals” set by the government as part of a “philosophy of opportunity” were not major culprits.

On the other hand, the report is harsh on regulators. It finds that the Securities and Exchange Commission failed to require big banks to hold more capital to cushion potential losses and halt risky practices, and that the Fed “neglected its mission.”

It says the Office of the Comptroller of the Currency, which regulates some banks, and the Office of Thrift Supervision, which oversees savings and loans, blocked states from curbing abuses because they were “caught up in turf wars.”

“The crisis was the result of human action and inaction, not of Mother Nature or computer models gone haywire,” the report states. “The captains of finance and the public stewards of our financial system ignored warnings and failed to question, understand and manage evolving risks within a system essential to the well-being of the American public. Theirs was a big miss, not a stumble.”

The report’s implications may be felt more in the political realm than in public policy. The Dodd-Frank law overhauling the regulation of Wall Street, signed in July, took as its premise the same regulatory deficiencies cited by the commission. But the report is sure to be a factor in the debate over the future of Fannie and Freddie, which have been run by the government since 2008.

Though the report documents questionable practices by mortgage lenders and careless betting by banks, one striking finding is its portrayal of incompetence.

It quotes Citigroup executives conceding that they paid little attention to mortgage-related risks. Executives at the American International Group were found to have been blind to its $79 billion exposure to credit-default swaps, a kind of insurance that was sold to investors seeking protection against a drop in the value of securities backed by home loans. At Merrill Lynch, managers were surprised when seemingly secure mortgage investments suddenly suffered huge losses.

By one measure, for about every $40 in assets, the nation’s five largest investment banks had only $1 in capital to cover losses, meaning that a 3 percent drop in asset values could have wiped out the firm. The banks hid their excessive leverage using derivatives, off-balance-sheet entities and other devices, the report found. The speculative binge was abetted by a giant “shadow banking system” in which the banks relied heavily on short-term debt.

“When the housing and mortgage markets cratered, the lack of transparency, the extraordinary debt loads, the short-term loans and the risky assets all came home to roost,” the report found. “What resulted was panic. We had reaped what we had sown.”

The report, which was heavily shaped by the commission’s chairman, Phil Angelides, is dotted with literary flourishes. It calls credit-rating agencies “cogs in the wheel of financial destruction.” Paraphrasing Shakespeare’s “Julius Caesar,” it states, “The fault lies not in the stars, but in us.”

Of the banks that bought, created, packaged and sold trillions of dollars in mortgage-related securities, it says : “Like Icarus, they never feared flying ever closer to the sun.” A version of this article appeared in print on January 26, 2011, on page A1 of the New York edition.

Source ›››

L’après-Norbourg inquiète le Robin des banques

24 janvier 2011
Jean-François Cloutier, Agence QMI

L’annonce d’un projet de fonds d’indemnisation pour les victimes de fraude financière est bien perçue par Yves Michaud, le fondateur du Mouvement de défense des actionnaires (MÉDAC).

Cet investisseur activiste bien connu, surnommé le Robin des banques, pense qu’il reste beaucoup de travail à faire. Sans davantage d’actionnaires activistes qui auront le courage de questionner les dirigeants des grandes institutions financières et les planificateurs financiers, tout porte à croire que de nouveaux scandales émergeront tôt ou tard et que des dirigeants continueront à s’enrichir sans scrupules. Le défenseur des petits investisseurs et épargnants a répondu à nos questions.

Question : Avec le départ récent de Jean St-Gelais de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le règlement du dossier Norbourg et l’annonce d’un projet de fonds d’indemnisation pour les victimes de fraude financière, on a un peu l’impression qu’une page se tourne dans le monde du placement québécois. Qu’est-ce que ça vous inspire?

Réponse (Yves Michaud) : Je constate qu’on a repris certaines des idées qu’on avançait au  MÉDAC depuis longtemps. Dès 2006, on avait écrit un mémoire en faveur de la création d’un fonds universel pour les victimes de fraude. C’est un pas dans la bonne direction. En même temps, les mesures envisagées cette semaine négligent un aspect crucial, celui de la formation des petits épargnants. Nous avons formé au MÉDAC près de 800 personnes en donnant des cours d’éducation financière à l’UQAM, mais ça reste une infime partie de toute la population. Tant qu’on n’aura pas des gens mieux informés des réalités de la finance, on ne sera jamais parfaitement équipés pour composer avec les dangers qui guettent les investisseurs.

Q. Quelles mesures supplémentaires faudrait-il prendre?

R. Il faudrait songer à informer les cégépiens des fondements des marchés financiers. En d’autres termes, donner aux jeunes un cours d’éducation aux marchés financiers. Dans mon temps, on nous donnait les données de bases pour penser. On nous enseignait le grec, le latin, on nous faisait lire les grands penseurs classiques et cela nous permettait de faire notre chemin dans des situations diverses. Les jeunes d’aujourd’hui vont plutôt à l’école de l’« idio-visuel ». Or, les produits financiers sont aujourd’hui infiniment plus complexes que ce qu’ils étaient il y a 50 ans. Prenez le PCAA. On parle d’un produit dont la valeur dépend parfois d’hypothèques de 3e rang sur des aéroports en Angleterre. Il ne s’agit plus simplement de placer son argent à la banque et toucher 3 ou 4 %. Il faut savoir ce qu’est une action, une obligation, etc. Gérer ses affaires est une des grandes tâches de la vie.

Q. Avez-vous l’impression que l’Autorité des marchés a tiré les leçons de l’affaire Norbourg? Encore récemment, d’autres dossiers comme l’affaire Morinville, Raymor, Biosyntech ne sont-ils pas venus obscurcir le bilan de l’AMF?

R. Il y a eu une époque au Québec où la Commission des valeurs mobilières (l’ancêtre de l’AMF) avait quatre inspecteurs. L’AMF a aujourd’hui 120 inspecteurs. Peut-être qu’il en faudrait 300. Cent inspecteurs, ce n’est pas tant que ça pour réglementer toutes les transactions financières. L’univers de la finance est marqué par beaucoup d’escroquerie. Vous n’avez qu’à prendre les paradis fiscaux, un des plus grands scandales financiers. L’ancien premier ministre du pays lui-même, Paul Martin, a utilisé ces paradis quand il dirigeait la Canada Steamship Lines.

Q. Vous n’êtes plus président du MÉDAC, mais vous siégez encore à son conseil d’administration. Quel bilan tirez-vous du travail du MÉDAC?

R. Nous avons connu de grandes victoires. J’ai été le premier au Canada à demander le droit pour les petites actionnaires de formuler des propositions aux assemblées annuelles d’entreprises. Le jugement Rayle en 1997 a été un acte fondateur pour le MÉDAC et la démocratie actionnariale. J’estime avoir brassé la cage lors de plusieurs assemblées annuelles, dont celles de Power Corporation. En même temps, il faut être réaliste. Nous avons un budget annuel de 80 000 $. Tous nos responsables sont bénévoles. Nous n’avons pas les moyens d’envoyer des gens aux assemblées à Edmonton ou à Toronto, comme il faudrait.Q. Il faudrait renforcer le MÉDAC?

R. Il faudrait peut-être que le MÉDAC reçoive une partie de l’argent qu’on veut prélever pour financer le futur fonds d’indemnisation des victimes de fraude, disons 8 ou 9 millions par année. Avec ces moyens, on entrerait vraiment dans les ligues majeures. On pourrait publier des rapports, faire des enquêtes, révéler quels sont les produits risqués. Le MÉDAC pourrait devenir une véritable Association de protection des investisseurs, sur le même modèle que l’Association de protection des consommateurs, qui dispose d’un financement récurrent.

Q. Vous parlez de victoires. N’y a-t-il pas eu aussi des défaites depuis 15 ans?

R. Malgré 15 ans de lutte, je ne suis pas parvenu à discipliner les grandes banques canadiennes sur les salaires stratosphériques, himalayens qu’elles versent à leurs dirigeants. Imaginez, le grand patron de la Banque Nationale a reçu 6 millions $ l’an dernier. 6 millions $! Il n’y a pas un homme assez intelligent au monde pour valoir ça! Mais faire adopter une proposition à une assemblée, c’est comme escalader l’Himalaya. Le jour où cent actionnaires se lèveront à une assemblée annuelle, peut-être parviendra-t-on à faire changer les choses.

Q. Ne craignez-vous pas qu’en vous retirant, justement, le MÉDAC perde son attitude frondeuse?

R. Il faut être cascadeur pour intervenir dans une assemblée, être capable de soutenir le mépris, le dégoût, la haine qui se lit dans les yeux des dirigeants. Il ne faut pas se laisser intimider et se rappeler que ce sont les actionnaires qui sont les propriétaires de l’entreprise. Ce n’est pas donné à tout le monde. Q. Le MÉDAC est engagé dans une longue bataille avec Power Corporation afin d’obtenir la divulgation des états financiers de sa filiale Gesca, propriétaire notamment de « La Presse ». Êtes-vous déçu de la tournure des événements? R. On a gagné la première manche. La Cour supérieure et la Cour d’appel nous ont donné raison. Power disait dans un premier temps que la divulgation des résultats, selon le principe prévu dans la loi canadienne, ne s’appliquait pas à toutes les filiales et sous-filiales d’une société. Le fardeau de la preuve est maintenant du côté de Power Corporation qui doit démontrer que la divulgation des résultats de Gesca causerait préjudice à sa situation concurrentielle. C’est un long combat. Mais malheureusement, comme disent les Anglais, j’ai un peu l’impression que « Justice delayed is justice denied. »

Source ›››

Norbourg : les victimes toujours en attente d'un règlement

25 août 2010
Jean-François Rousseau, LCArgent

Cinq ans après la mise au jour de la fraude financière orchestrée par Vincent Lacroix, président de gestion de fonds de placement Norbourg, les investisseurs floués attendent encore justice et espèrent toujours que la lumière soit faite sur ce scandale financier, la plus vaste arnaque à être survenue au Québec.

Le mois prochain s’amorcera le nouveau procès des cinq coaccusés. En janvier dernier, les jurés avaient indiqué que la cause était « trop grosse et trop complexe », pour en arriver à une décision unanime.

Certains se demandent maintenant si les accusations ont été suffisamment simplifiées pour qu’un dénouement soit possible.

« Lorsqu’on porte des accusations contre cinq individus avec une multitude d’accusations et qu’on se retrouve devant des jurés, on risque encore de revoir les mêmes choses que la dernière fois, c’est le problème des mégas procès qui fait en sorte que parfois c’est presque impossible pour des jurés de rendre un verdict », affirme Me Jean-Pierre Rancourt, spécialiste en droit criminel.

En tout, les cinq accusés font face à plus de 700 chefs d’accusations, notamment fraude, fabrication de faux, complot et recyclage des produits de la criminalité.

Les chefs d'accusation n’ont pas été suffisamment simplifiés pour permettre aux jurés de prendre une décision éclairée, selon Me Rancourt. « À mon avis, ça va être encore très difficile, malheureusement, d’avoir un verdict dans cette affaire. »

La confiance des investisseurs ébranlée

Cette histoire a rappelé aux gens l’importance d’en apprendre suffisamment avant d’investir. « C’est une forme de protection que d’être bien informés », indique Louise Champoux-Paillé, du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC)

Des rendements au dessus de 15 % amènent maintenant les gens à se questionner sur le genre d’investissement qu’ils ont fait, souligne-t-elle.

Le Mouvement insiste sur l’importance d’établir un fonds d’indemnisation contre la fraude élargie aux gestionnaires et aux cabinets de courtage, ce qui permettrait de renforcer la confiance des investisseurs. « On met la responsabilité sur l’individu, mais c’est un blâme partagé quand on pense aux produits qui ne sont pas suffisamment bien expliqués et qui ne conviennent pas aux investisseurs », ajoute Mme Champoux-Paillé.

Une partie des victimes a réussi à récupérer environ 35 millions de dollars à la suite de la liquidation des actifs du financier déchu. L’espoir de revoir les économies repose maintenant sur des requêtes en recours collectifs déposées contre la Caisse de dépôt et l’Autorité des marchés financiers; les audiences devraient débuter en février.

Concernant la Caisse de dépôt, les victimes soutiennent que l’institution a omis de procéder à certaines vérifications avant de vendre les Fonds Évolution à Norbourg, en 2003.

Compte tenu des délais que risquent d’engendrer de telles procédures, bon nombre d’investisseurs souhaitent une entente hors cour.

Rappelons que le 25 août 2005, l’Autorité des marchés financiers et la Gendarmerie Royale du Canada menaient des perquisitions dans les bureaux de l’entreprise de Vincent Lacroix. Une fraude financière de près de 115 millions de dollars qui a profondément bouleversé le quotidien de 9 200 investisseurs.

Vincent Lacroix pourrait sortir de prison dans cinq mois. Il sera admissible à une libération conditionnelle dès le 28 janvier 2011.

Source ›››

19 août 2010
Isabelle le matin, radio, 98,5 MF

M. Yves Michaud, fondateur du MÉDAC, en entrevue avec Isabelle Maréchal, à l’émission Isabelle le matin, sur les ondes de la radio 98,5 MF, au sujet de la proposition de mettre sur pied un Office de protection des investisseurs (OPI).

Source ›››

États financiers de Gesca  : Power dépose une nouvelle requête

17 août 2010
Gérard Samet, LCArgent

Power Corporation a déposé le 15 juillet dernier une requête en Cour supérieure pour demander l’interdiction de la communication des états financiers de Gesca, sa filiale propriétaire de La Presse.

Il s’agit d’un nouvel épisode de la guerre judiciaire qui oppose le MÉDAC (Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires) à Power Corporation, pour obtenir la communication des comptes des sous-filiales que sont Gesca et le journal La Presse.

Le droit des actionnaires est-il bafoué?

La bataille avec le MÉDAC dure depuis 4 ans. Il a été initié par l’ancien président du MÉDAC, Monsieur Yves Michaud, qui avait acheté quelques actions de Power Corporation afin de demander la communication publique des états financiers de la société et de toutes ses filiales.

«  L’enjeu est de faire respecter le droit des actionnaires d’une société publique ouverte  », indique Louise Champoux-Paillé porte-parole du MÉDAC. «  La loi canadienne donne ce droit aux actionnaires et nous sommes en train d’évaluer comment le faire respecter devant la Cour supérieure, en nous opposant à la nouvelle requête de Power Corporation  ».

Power Corp. se fonde sur la même loi pour demander à la Cour d’interdire la communication des états financiers de certaines de ses filiales. La société croit qu’en faisant connaître le détail des comptes d’une sous-filiale comme Gesca, cela lui créerait un préjudice, notamment en permettant à ses concurrents de connaitre des données névralgiques.

Concession de POWER Corp.

Si la Cour supérieure ne donne pas satisfaction à cette dernière, POWER Corp. se dit prêt ouvrir les livres uniquement si le MÉDAC accepte une clause de confidentialité et à ne pas rendre l’information publique.

Selon Yves Michaud, à l’origine de la procédure reprise par le MÉDAC, «  il faut faire appliquer complètement le principe de transparence de l’information, tel qu’énoncé selon lui dans la Loi canadienne sur les sociétés par actions. Je ne vois pas en quoi le fait de dévoiler 1  % des activités de Power Corporation, c’est-à-dire le poids de l’activité des médias au sein du groupe pourrait porter préjudice à cette société  ». Monsieur Michaud n’en démord pas, il veut poursuivre le combat  : «  la proposition de Power d’une clause de confidentialité est grotesque et contraire aux principes de transparence  ».

Informations sur les filiales

Michel Nadeau, directeur exécutif de l’Institut de gouvernance des entreprises, croit qu’il est important que les informations financières soient communiquées aux actionnaires  : «  La loi canadienne institue l’obligation pour une société publique de communiquer toute l’information significative aux actionnaires. J’entends par là que lorsqu’une société a des activités dans différents secteurs, il est nécessaire de communiquer chacun des grands résultats  ».

Toutefois, Monsieur Nadeau estime que les «  activités non significatives  » ne sont pas concernées. Il croit par exemple que «  le secteur des médias chez Power Corp. est peut-être important pour sa dimension politique, mais pas pour les actionnaires, cela ne représente qu’une décimale de l’activité totale du groupe  ».

Power avait prétendu dans un premier temps que la divulgation des résultats, selon le principe prévu dans la loi canadienne, ne s’appliquait pas à toutes les filiales et sous-filiales d’une société. La Cour supérieure, puis la Cour d’appel, n’ont pas accepté cette interprétation de la loi faite par Power Corporation.

Power Corp. tente aujourd’hui de faire valoir des intérêts stratégiques pour éviter de communiquer les résultats de ses filiales médiatiques, ce qui obligerait, selon la société, de faire connaitre à la concurrence des informations confidentielles.

Edward Johnson, premier vice-président et avocat de Power Corporation, qui a signé la requête, a été clair au téléphone  : «  Je n’ai pas de commentaire à faire, puisque l’affaire est devant la justice  ».

Source ›››

Partenaires :