Salle de presse

« Vincent Lacroix ne peut pas avoir dépensé 115 M $ aux danseuses »

21 septembre 2009
Agence QMI, La Presse canadienne, Paul Chiasson

MONTRÉAL - Le fondateur du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires, Yves Michaud, espère que Vincent Lacroix ne s’en sortira pas trop facilement uniquement parce qu’il a plaidé coupable lundi au palais de justice de Montréal.

Celui que l’on surnomme le « Robin des banques » dit souhaiter que l’argent, ou une partie de l’argent disparu, soit retrouvé afin de rembourser les investisseurs arnaqués dans le scandale Norbourg.

Des victimes déçues

« Je suis certain qu’il reste de l’argent quelque part sous le soleil des paradis fiscaux. Vincent Lacroix ne peut pas avoir dépensé 115 M $ aux danseuses ».

M. Michaud croit même que l’on devrait suivre l’ex-PDG de Norbourg à la trace à sa sortie de prison. « Il attendra peut-être un certain temps, mais il pourrait se retrouver sur une île avec ses millions qui sont sûrement cachés », lance l’ancien ministre.

Yves Michaud souhaite que le dossier de Lacroix ne se referme pas trop rapidement. « L’autorité des marchés financiers du Québec devrait avoir une division spéciale pour poursuivre les enquêtes et retracer l’argent qui a été volé à de pauvres personnes qui ont vu les économies de toute une vie s’envoler en fumée ».

Il attend maintenant les représentations sur sentence dans le dossier de Vincent Lacroix, vendredi prochain. La Couronne demande 14 ans de prison et la défense 10 ans de pénitencier.

Vincent Lacroix, 42 ans, a plaidé coupable, lundi, à l’ouverture de son procès au criminel. Il a reconnu sa culpabilité à plus de 200 chefs notamment de fraude et de fabrications de faux documents.

Plus de 9200 investisseurs ont été floués de 115M $ dans le plus grand scandale financier de l’histoire du Canada.

Les appels logés à l’AMF afin d’obtenir leur réaction quant à ce nouveau développement dans l’affaire Norbourg sont restés sans réponse.

Source ›››

L’endettement des ménages

21 septembre 2009
Radio-Canada (Internet)

Tous les lundis, le Module économie de Radio-Canada vous présente une nouvelle rubrique appelée Vision.

Cette rubrique présentée sur le web, également diffusée dans le cadre des émissions RDI économie et Classe économique, met en valeur la vision d’un acteur de l’actualité, un plaidoyer, un appel en faveur d’un enjeu.

Cette semaine, Claude Béland, ex-patron du Mouvement Desjardins et président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), prône un retour à l’épargne.

Il s’inquiète du taux d’endettement des ménages canadiens, de 1,28 $ pour 1 $ disponible, en moyenne. Une situation causée en partie par le recours au crédit, aux emprunts, aux taux d’intérêt dit avantageux et aux achats par paiement étalés.

 

Source vidéo ›››

Source ›››

Animation citoyenne

Montréal, le jeudi 17 septembre 2009 — M. Claude Béland, président du MÉDAC, anime désormais l’émission C’est la vie! consacrée à la citoyenneté diffusée de 11h à midi le jeudi sur les ondes de Radio Ville-Marie.

Chaque jeudi matin également, M. Béland présente une chronique économique aux environs de 7h20 à l’émission Rythmes du matin à la même fréquence, 93,1 MF.

Radio Ville-Marie diffuse également dans les villes de Sherbrooke (100,3 MF), Trois-Rivière (89,9 MF), Victoriaville (89,3 MF), Rimouski (104,1 MF) et Hull (1350 MA).

« Une immense avancée »

3 septembre 2009
Pierre Maisonneuve, Maisonneuve en direct

Entrevue de M. Yves Michaud à l’émission Maisonneuve en direct.

Source ›››

Communiqué

La MÉDAC gagne encore contre POW

Montréal, le 2 septembre 2009 — Le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) est heureux d’annoncer que la Cour d’appel s’est prononcée aujourd’hui en sa faveur dans un arrêt important en matière d’accès à l’information pour les actionnaires dans la cause que le MÉDAC a entreprise contre Power Corporation du Canada. Le plus haut tribunal au Québec a rejeté les prétentions de Power Corporation du Canada dans son appel du jugement l’Honorable Juge Robert Mongeon de la Cour supérieure qui avait décidé que les actionnaires ont accès non seulement aux états financiers des filiales directes de Power Corporation du Canada, mais aussi à ceux de l’ensemble de ses filiales et sous-filiales, incluant ceux du quotidien La Presse. Dans la foulée des nouvelles règles de gouvernance corporative, ce jugement ouvre la porte à une plus grande transparence en élargissant la portée de l’accès à l’information aux actionnaires des sociétés fédérales.

Le MÉDAC, présidé par M. Claude Béland, est une organisation sans but lucratif vouée à la protection des droits des petits actionnaires des sociétés cotées à la Bourse.

- 30 -

Pour consulter le jugement complet au format *.pdf, prière de suivre le lien : jugement ›››

Source ›››

Communiqué

On n’est jamais si bien servi que par soi-même…

Montréal, le 29 juillet 2009 — Il est urgent que tous, sans délai, mettions l’épaule à la roue afin de minimiser les chances que des situations comme Norbourg, Earl Jones et autres ne se reproduisent. Chacun doit agir  : les gouvernements, les tribunaux, les organismes de protection du public, les associations regroupant ceux qui exercent des fonctions fiduciaires et qui prennent la responsabilité des avoirs des gens, et, le plus important, les investisseurs eux-mêmes. Nos gouvernements doivent adopter des lois d’une plus grande sévérité  : un message d’indignation et de répudiation collectives doit être passé contre de telles pratiques tout en ne s’illusionnant pas sur leur pouvoir dissuasif. Quant aux régulateurs et les autres organismes ayant pour mission la protection des investisseurs, ceux-ci doivent faire le bilan de l’efficacité de leurs moyens pour assurer l’intégrité de leurs membres et traquer ces fraudeurs. Il faut créer un fonds d’indemnisation offrant de meilleures protections, etc. Pour ce qui est des investisseurs, ils doivent prendre leurs affaires en main en s’informant et se formant sur les questions financières.

Confier la gestion de son patrimoine est avant tout une décision d’affaires et il faut se méfier des promesses d’enrichissement hors du commun. Il faut compter sur les services d’une personne compétente dûment certifiée pour offrir les services qu’elle propose. Dans le domaine de l’assurance, de la planification financière et des valeurs mobilières, l’organisme responsable de délivrer les permis d’exercice pertinents est l’Autorité des marchés financiers (AMF). Il faut donc oser s’informer sur la compétence de nos conseillers et prendre tous les renseignements nécessaires sur la personne et l’institution qui nous offrent leurs services.

S’informer n’est pas suffisant, il faut s’outiller sur les questions financières  : comprendre comment fonctionnent les marchés financiers et ainsi être en mesure de dépister un placement qui est trop beau pour être vrai; connaître les différents types de produits et pouvoir identifier ceux qui vous conviennent ou ne vous conviennent pas en fonction de vos besoins et de leur niveau de risque; connaître les protections qui vous sont offertes et les indemnisations auxquelles vous avez droit en cas d’insolvabilité, de faillite, de fraudes ou de détournements de fonds, etc.

Depuis maintenant trois ans, le MÉDAC donne des cours afin d’aider le consommateur à acquérir ces connaissances de base en finances et ainsi mieux se protéger contre ces fraudeurs. C’est le seul moyen à la portée de l’honnête citoyen pour se doter rapidement d’un passeport pour une meilleure sécurité financière. Dans cette situation, cette expression proverbiale prend tout son sens  : «  on n’est jamais si bien servi que par soi-même  ».

- 30 -

Le MÉDAC
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
514-286-1155

Partenaires :