Bombardier

  • Mettre fin au vote multiple chez Bombardier

    2018-12-06
    Bernard Drainville, émission Drainville PM, 98,5 MF

    Le point sur la proposition d’actionnaire du MÉDAC réclamant la fin du régime d’actions à droits de vote multiple chez Bombardier, au micro de Bernard Drainville.

    Source ›››

  • Bombardier — Abolir le régime d’actions à droits de vote multiple

    Montréal, le mercredi 5 décembre 2018 — Pour la première fois de son histoire, le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) réclame formellement l’abolition du régime d’actions à droits de vote multiple (AVM) d’une société ouverte : Bombardier inc.

  • Sabia soutient toujours Bombardier

    2018-11-29
    Bloomberg

    CDPQ CEO Sabia on Global Trade, Credit and Bombardier Relationship

    Caisse de Depot et Placement du Quebec Chief Executive Officer Michael Sabia talks with Bloomberg's Erik Schatzker ahead of the Group of 20 summit in Buenos Aires.

    « [Erik Schatzker, Bloomberg] — The Caisse has a deep relationship with Bombardier. Recently, there has been a lot of focus on the option Bombardier has to buy back the stakes in its rail business that you own. What is going to happen there?

    [Michæl Sabia] — Well. I’m not gone to tell you. Because, as you know, we don’t talk about those kind of things.

    Nous entretenons une relation avec Bombardier depuis longtemps déjà, à plusieurs niveaux. Nous sommes heureux de notre investissement dans la division transport [BT Holdco] de l’entreprise. Nous avons pleinement confiance en la direction de la société. Je crois qu’Alain Bellemare orchestre un revirement substantiel. [Traduction libre.]

  • La compagnie Beaudoin-Bombardier inc.

    2018-11-16
    Willie Gagnon, Le MÉDAC

    Le sentiment d’aliénation de la population au sujet de Bombardier est manifeste et palpable. Il y a plusieurs raisons à cela.

  • Pierre Fitzgibbon à Paul Arcand sur Bombardier

    2018-11-09
    Paul Arcand, émission Puisqu'il faut se lever, 98,5 MF

    « Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation — Je pense que… [il] faut prendre la question de différentes façons. La première observation, puis M. Legault a été très clair sur ça, je pense que nous devions, comme gouvernement, tous partis confondus, aider Bombardier. L’entreprise était en difficulté. Il fallait l’aider. La forme qui a été choisie peut être questionnable. Puis je veux pas aller là. Parce que c’est pas pertinent. Moi, je suis focalisé (sic) sur les employés. Et là, bon, la forme qui a été prise, c’est d’aider un programme, qui s’appelle le CSeries, qui était en difficultés. Là, on est rendus aujourd’hui, on […] parle de Bombardier dans son ensemble, puis je veux pas du tout justifier les gestes de Bombardier.

    Mais c’est clair que la population, à juste titre, est frustrée de voir… avoir mis un milliard dans une entreprise qui a pas eu d’éléments sociaux qui ont été tenus en compte. Alors je pense que… […] Il est clair que si on doit faire un autre investissement de cet ordre de grandeur dans une société, il est clair qu’il faut que les enjeux sociaux soient aussi considérés.

  • Ce qui devait arriver arriva

    8 novembre 2018
    Dominique Lemoine

    Bombardier mettra à pied 2500 personnes au Québec d’ici 18 mois, cède à CAE sa division de formation de pilotes et de techniciens aux avions d’affaires, en plus de céder à Long View Capital son programme d’avions Q400, et ce, malgré des aides financières publiques en centaines de millions de dollars notamment transformées en rémunération patronale.

  • Des millions pour les patrons de Bombardier

    30 août 2018
    Michel Girard
    , Journal de Montréal

    Un profit de 78 millions $ canadiens. Voilà le montant anticipé que les hauts dirigeants de Bombardier devraient bientôt se partager en liquidant une partie de leurs options sur actions.

  • Vendre le contrôle du programme CSeries en dernier recours

    Montréal, le 17 octobre 2017 — Le partenariat entre Bombardier et Airbus était la seule réponse logique restante à Bombardier pour sauver le programme d’avions CSeries et pour maintenir les emplois déjà impliqués dans sa réalisation.

  • BRP versera un dividende

    2 juin 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    Le constructeur de véhicules récréatifs BRP s’apprête à verser le premier dividende de son histoire.

    La participation de la famille Beaudoin-Bombardier dans BRP lui permettra de passer à la caisse alors que le constructeur de véhicules récréatifs s’apprête à verser le premier dividende de son histoire en plus de procéder à un important rachat d’actions.

    En dévoilant ses résultats du premier trimestre avant son assemblée annuelle, jeudi, la société de Valcourt a annoncé qu’elle retournera 8 ¢ par action à ses porteurs de titres à compter du 13 juillet en plus de racheter des actions jusqu’à concurrence de 350 millions d’ici la fin de juillet à un prix qui n’a pas encore été déterminé.

  • Du vent dans les voiles pour l’avenir (1/3)

    Montréal, le 19 mai 2017 — Les assemblées annuelles d’actionnaires (AAA) de la saison 2017 ont permis de constater l’importance des gains précédents et de soutirer de nouveaux acquis vers une plus juste redistribution socioéconomique des rendements d’entreprises.

  • Un train en cache souvent un autre…

    Le 12 mai 2017
    Normand Caron, Le MÉDAC

    Même si les votes exercés par les actionnaires de Bombardier réunis en assemblée annuelle ce jeudi 11 mai 2017 ont jeté un baume rassurant pour les hauts dirigeants de l’entreprise et les propriétaires de contrôle, notamment quant à leur politique de rémunération, une analyse plus détaillée des résultats met en lumière une profonde scission entre les deux catégories d’actionnaires, les subalternes avec un droit de vote par action et les membres de la famille Beaudoin-Bombardier détenant 10 droits de vote par action.

    Déclinons le portrait complet de ce qui s’est passé dans l’isoloir de la « démocratie actionnariale » de ce fleuron québécois.

  • Les actionnaires et les citoyens vivent-ils sur la même planète?

    Montréal, le 12 mai 2017 — Seulement environ 6 % des votes exercés par des actionnaires lors du vote consultatif sur la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier ont été exprimés contre l’approche de l’entreprise, malgré l’apparente contestation médiatisée de certains investisseurs institutionnels.

  • Isabelle Dostaler sur Bombardier à Gérald Fillion

    2017-05-09
    Gérald Fillion, RDI Économie

    « Pourquoi Teachers et la Caisse de dépôt réclament le départ de Pierre Beaudoin chez Bombardier? Entrevue avec Isabelle Dostaler, de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia. »

  • Daniel Thouin à Benoît Dutrizac sur Bombardier

    2017-05-09
    Benoît Dutrizac, émission Dutrizac, 98,5 MF

    « Bombardier: À quand le grand départ de Pierre Beaudoin, c'est pour jeudi? Daniel Thouin est président du MEDAC. »

    Source ›››

  • Daniel Thouin à Sophie Durocher sur Bombardier

    2017-05-09
    Sophie Durocher, Sophie sans compromis, BLVD 102,1 MF MF

    Entrevue avec Daniel Thouin du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires.

    Source ›››

  • L’État a 5 fois plus d’argent dans Bombardier que la famille Beaudoin

    2017-05-09
    Paul Arcand, Puisqu’il faut se lever, 98,5 MF

    La CDPQ vote contre la politique de rémunération des membres de la haute direction de Bombardier et désavoue Pierre Beaudoin. Entrevue avec Michel Nadeau, Directeur général de l'Institut de la gouvernance.

    « C’est bien de dire que la famille Beaudoin a 53 % des votes. Mais regardons l’argent investi. La valeur de la famille Beaudoin, c’est 600 millions de dollars. La Caisse de dépôt a mis 2 milliards. Le gouvernement du Québec a mis 1 milliard et quart à côté. Donc, ça fait 3 milliards et quart. C’est 5 fois plus d’argent que la famille Beaudoin. »
    — Michel Nadeau

    Source ›››

  • La Caisse de dépôt et le Fonds FTQ contre la politique de rémunération

    Les deux institutions se positionnent contre la politique de rémunération

    9 mai 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    La Caisse de dépôt et placement du Québec a aussi fait savoir qu’elle n’a pas appuyé la réélection de l’actuel président-directeur, Pierre Beaudoin.

    À quelques jours de l’assemblée des actionnaires de Bombardier, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et le Fonds de solidarité FTQ désavouent le président-directeur du conseil d’administration, Pierre Beaudoin, en plus de s’opposer à l’approche de la multinationale en matière de rémunération de ses patrons.

  • Les salaires feront de nouveau réagir

    9 mai 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    La Caisse de dépôt n’est pas seule. La rémunération des patrons de Bombardier, à l’origine d’une vive controverse il y a un peu plus d’un mois, pourrait revenir au coeur des discussions dans le cadre de l’assemblée annuelle de la multinationale, jeudi.

    Déjà, le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), par l’entremise de son président, Daniel Thouin, compte interpeller la haute direction du constructeur d’avions et de trains sur la question de la rémunération. « Le sujet est plus sensible qu’à l’habitude, a expliqué son coordonnateur, Willie Gagnon, au cours d’un entretien téléphonique. Comme l’an dernier, nous allons voter contre l’approche de la société en matière de rémunération. »

    Sans dévoiler de données précises, M. Gagnon affirme que cette controverse a fait en sorte que le MÉDAC a reçu « deux fois plus de procurations d’actionnaires » qu’à l’habitude. L’an dernier, la résolution consultative non contraignante sur l’approche de l’entreprise en matière de rémunération des membres de la haute direction avait été appuyée dans une proportion de 96,1 % par les actionnaires. « On souhaite qu’il y ait un plus fort taux d’opposition, a expliqué M. Gagnon. On ne comprend pas pourquoi il n’y en a pas eu avant. Cette politique avait reçu le feu vert l’an dernier. C’est ce qui est à l’origine du scandale. »

  • La Caisse de dépôt a-t-elle assez de votes pour fouetter Bombardier?

    Montréal, le 08 mai 2017 — La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) devra recevoir un coup de main d’autres actionnaires pour raisonner le conseil d’administration de Bombardier.

  • Photo : Yan Gouger (CC BY-SA 3.0)

    Salaires : retour de la controverse à l’assemblée de Bombardier?

    8 mai 2017
    Julien Arsenault, La Presse canadienne

    Montréal — La rémunération des patrons de Bombardier, à l’origine d’une vive controverse il y a un peu plus d’un mois, pourrait revenir au coeur des discussions cette semaine dans le cadre de l’assemblée annuelle de la multinationale, jeudi.

    Après les installations de Mirabel l’an dernier, c’est au centre montréalais de finition des avions d’affaires Global, à Dorval, que le constructeur d’avions et de trains rencontrera ses actionnaires.

    Déjà, le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), par l’entremise de son président, Daniel Thouin, compte interpeller la haute direction du constructeur d’avions et de trains sur la question de la rémunération.

    « Le sujet est plus sensible qu’à l’habitude, a expliqué son coordonnateur, Willie Gagnon, au cours d’un entretien téléphonique. Comme l’an dernier, nous allons voter contre l’approche de la société en matière de rémunération. »

Partenaires :