commissions de suivi

  • FAIR Canada veut l’abolition des commissions de suivi

    FAIR Canada Supports Ban on Embedded Commissions

    June 16, 2017
    FAIR Canada

    FAIR Canada has commented on CSA Consultation Paper – 81-408 regarding the elimination of embedded commissions. At issue is whether investment funds such as mutual funds should continue to be allowed to be sold that include third party payments from the fund manufacturer to the dealer – payments such as trailing commissions and deferred sales charges (“DSCs”).

    FAIR Canada continues to support the elimination of third party payments or embedded commissions and other forms of conflicted remuneration. FAIR Canada believes that banning embedded commissions from all investments is an essential step so that Canadians can receive professional objective advice free from damaging conflicts of interest.

  • Buffet : fonds indiciels

    Warren Buffett [Photo : Les Affaires]

    Pourquoi Warren Buffett conseille les fonds indiciels

    5 juin 2017
    Par Yves Bourget, Les Affaires

    Si une statue devait être érigée pour honorer la personne qui a le plus fait pour les investisseurs américains, le choix serait sans conteste Jack Bogle, qui est à l’origine des fonds indiciels à bas coût. C’est ce qu’écrit le légendaire investisseur Warren Buffett dans sa plus récente lettre aux actionnaires.

    « Au cours de ses premières années, Jack a été l’objet de moqueries de la part de l’industrie de la gestion de portefeuille. Aujourd’hui, cependant, il a la satisfaction de savoir qu’il a aidé des millions d’investisseurs à obtenir de bien meilleurs rendements de leurs investissements qu’ils ne l’auraient fait autrement. Il est un héros pour eux et pour moi », écrit-il.

  • Fin des commissions de suivi — Panique dans l’industrie

    Chantage et menaces de répercussions sur la population

    Montréal, le 24 mars 2017 — La possibilité d’une interdiction des commissions qui sont versées aux conseillers financiers incite certaines parties prenantes de ces industries à recourir à la bonne vieille manipulation émotive.

  • Abolition des commissions de suivi — ixième ronde de consultation

    Pour publication immédiate
    Le 10 janvier 2017

    Les autorités en valeurs mobilières du Canada lancent une consultation sur les répercussions possibles de l’abandon des commissions intégrées

    Toronto – Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié aujourd’hui, pour une période de consultation de 150 jours, le Document de consultation 81-408 des ACVM – Consultation sur l’option d’abandonner les commissions intégrées (le « document de consultation »), dont l’objectif est de recueillir des commentaires sur l’option d’abandonner les commissions intégrées et les effets éventuels d’un tel changement sur les investisseurs et les participants au marché du Canada.

  • À quand la fin des commissions?

    La fin des commissions divise l’industrie

    9 septembre 2016
    Hélène Roulot-Ganzmann, Conseiller.ca

    Une rencontre confidentielle organisée par l’Autorité des marchés financiers (AMF) la semaine dernière a permis à plusieurs acteurs de l’industrie de se prononcer sur la disparition des commissions. Force est de constater que les positions divergent sur le sujet.

    Après celle du mois de juin dont Conseiller avait fait état, cette nouvelle rencontre de consultations a rassemblé une centaine de joueurs de l’industrie, triés sur le volet, rapportent plusieurs sources qui ont requis l’anonymat.

  • Rémunération du « conseiller » financier

    Moins d’un épargnant sur 50 aborderait le sujet

    Montréal, le 19 janvier 2015 — Encore peu d’épargnants oseraient poser des questions à leur conseiller financier au sujet de son mode de rémunération.

    Le magazine L’Actualité rapporte les propos de Jean Dupriez, planificateur financier et auteur du livre Savoir choisir son conseiller financier qui soutient que « moins d’une personne sur 50 ose aborder le sujet » des frais de gestion et des structures de frais avec des conseillers financiers.

  • Pour l’abolition des commissions de suivi

    Abattre les conflits d’intérêts les uns après les autres

    Montréal, le 3 décembre 2015 — Dans le débat sur l’interdiction ou non des commissions de suivi, le MÉDAC se range fermement et avec crédibilité du côté des petits épargnants et de l’abolition de ces commissions aux vendeurs de services et produits financiers.

  • Frais des organismes de placement collectif (2)

    Variation de la performance des représentants selon leur rémunération

    26 octobre 2015
    Dominique Lemoine

    Une augmentation des commissions de suivi correspondrait à une diminution de la performance et vice-versa, selon une étude.

  • Frais des organismes de placement collectif

    Conseils et rendements variés selon le type de rémunération

    11 juin 2015
    Dominique Lemoine

    Les conseils reçus et les résultats de placements varient selon les formes de rémunération des conseillers, selon le Groupe Brondesbury.

  • Ne pas trancher

    Commissions de suivi : l’AMF n’est pas prête à trancher

    27 mars 2014
    Fabrice Tremblay, Conseiller.ca

    Le débat sur les frais des fonds communs et sur la rémunération des conseillers par des commissions de suivi devrait durer encore un moment. Après avoir fait le bilan de la consultation menée sur ce sujet, l’Autorité des marchés financiers (AMF) estime en effet qu’il faut approfondir davantage la recherche sur la question avant de prendre des décisions.

    « Je pense qu’il faut explorer davantage. Cela veut dire que l’on va solliciter l’industrie indirectement dans les prochaines semaines, les prochains mois, pour aller chercher plus de faits. Je dirais que ce sont des projets qui sont évidemment porteurs et intéressants, mais qui ne sont pas mûrs pour qu’on aille nécessairement de l’avant », a déclaré Louis Morisset, président-directeur général de l’AMF. M. Morisset s’exprimait hier lors du 8e colloque en conformité du Conseil des fonds d’investissement du Québec (CFIQ), qui se tenait à Montréal.

  • Cupidité et convoitise

    Rémunération : le MÉDAC réclame un moratoire

    13 novembre 2013
    La rédaction, conseiller.ca

    Les reportages de Conseiller.ca sur la Banque TD incitent le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) à réclamer un moratoire sur les politiques de rémunération des conseillers en placement.

    « L’initiative récente de la Banque TD […] heurte de plein fouet les valeurs et principes mis de l’avant par le MÉDAC dans ses recommandations aux Autorités canadiennes en valeurs mobilières relatives aux frais de gestion mirobolants des fonds communs de placement au Canada », a indiqué l’organisme. Rappelons que le MÉDAC est favorable à l’interdiction de verser aux conseillers des commissions de suivi prélevées à même les frais de gestion facturés par les organismes de placement collectif.

    « Non seulement la Banque TD n’épouse aucune de ces valeurs ou de ces principes, mais elle jette de l’huile sur le feu en exacerbant la cupidité et la convoitise de la structure de commercialisation de ses produits de placement », a déclaré Daniel Thouin, président du MÉDAC.

    L’organisme souligne que la politique de la TD propose une diminution des commissions pour les conseillers qui ont les plus petits portefeuilles en gestion privée. Elle les pénaliserait pour l’ouverture de comptes dans lesquels il y a peu de transactions et aurait pour effet d’augmenter les commissions de suivi pour les conseillers les plus performants, « notamment ceux qui vont privilégier les produits de placements TD ».

    « Le plus troublant dans toute cette histoire, c’est le fait que la Banque TD fait complètement fi du débat en cours sur cet enjeu et crée un précédent qui risque de s’étendre malheureusement à toute l’industrie. Il faut de toute urgence demander aux autorités réglementaires de décréter un moratoire sur toutes ces initiatives tant et aussi longtemps qu’elles n’auront pas statué en la matière », a ajouté M. Thouin.

    Source ›››

  • Jeter de l’huile sur le feu

    Frais de gestion des fonds d’investissement

    Le MÉDAC demande un moratoire sur les politiques de rémunération des conseillers en placement

    Montréal, 12 novembre 2013 — L’initiative récente de la Banque TD de modifier en profondeur la politique de rémunération de ses conseillers en placement heurte de plein fouet les valeurs et principes mis de l’avant par le MÉDAC dans ses recommandations aux Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) relatives aux frais de gestion mirobolants des fonds communs de placement au Canada1. « Non seulement la banque TD n’épouse aucune de ces valeurs ou de ces principes, déclare Daniel Thouin, président du MÉDAC, mais elle jette de l’huile sur le feu en exacerbant la cupidité et la convoitise de la structure de commercialisation de ses produits de placement. »

    Rappelons que cette nouvelle politique, qui fait l’objet de reportages dans la presse économique (Advisor, Le Conseiller…), propose une diminution des commissions pour les conseillers qui ont les plus petits portefeuilles en gestion privée et même les pénalise pour l’ouverture de comptes de complaisance (compte REÉR ou REÉÉ) dans lesquels il y a peu de transactions, propose d’augmenter les commissions de suivi pour les plus performants, notamment ceux qui vont privilégier les produits de placements TD. « Le plus troublant dans toute cette histoire, de poursuivre le président du MÉDAC, c’est le fait que la banque TD fait complètement fi du débat en cours sur cet enjeu et crée un précédent qui risque de s’étendre malheureusement à toute l’industrie. Il faut de toute urgence demander aux autorités réglementaires de décréter un moratoire sur toutes ces initiatives tant et aussi longtemps qu’elles n’auront pas statué en la matière. »

    1 Le MÉDAC s’est prononcé en faveur d’interdire le versement aux conseillers des commissions de suivi prélevées à même les frais de gestion facturés par les organismes de placement collectif (OPC).

    — 30 —

    Pour informations :

    Le MÉDAC : 514-286-1155

     

  • Des frais trop élevés

    Rémunération des conseillers

    La TD fait fulminer le MÉDAC

    12 novembre 2013
    Agence QMI, journaldemontreal.com

    La TD entend augmenter les commissions de suivi versées à ses courtiers qui sont les plus performants, notamment ceux qui vont privilégier les produits de placements TD.

    L’intention de la Banque TD (TD) de revoir la rémunération de ses conseillers en placement fait bondir le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), qui réclame rien de moins qu’un moratoire sur les changements de politiques.

  • Prôner la fin des commissions

    Honoraires c. commissions : le duel!

    30 octobre 2013
    Didier Bert, Conseillers.ca

    La consultation des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) concernant le règlement 81-407 sur les frais des organismes de placement collectif a mis le feu aux poudres. Les 98 mémoires (un nombre record pour une telle consultation d’après l’Autorité des marchés financiers) déposés par les acteurs de l’industrie témoignent de l’impatience et de l’inquiétude que suscite une possible obligation d’abandonner les commissions de suivi.

    « La question n’est pas de savoir si la rémunération va être chambardée, mais quand », croit Léon Lemoine, directeur de l’investissement chez Lafond Services financiers, dont 100 % de la pratique est à honoraires. « Je me suis adapté progressivement au cours des huit dernières années. » Il encourage d’ailleurs les conseillers à être proactifs envers ce changement, inéluctable selon lui.

Partenaires :