Revue de presse

Abrogation de la loi de 1967 : La Presse heureuse de pouvoir aller de l’avant avec son plan stratégique

MONTRÉAL, le 14 juin 2018 /CNW Telbec/ — À la suite de l’adoption du projet de loi 400 par l’Assemblée nationale, La Presse tient à exprimer sa satisfaction quant à l’issue de ce dossier déterminant pour son avenir. Rappelons que la loi 400 visait à abroger une disposition d’une loi privée de 1967 qui encadre le transfert de La Presse.

La « banque » Desjardins sommée à comparaître

2018-05-25
Léopold Lauzon, Le Journal de Montréal (Blogues)

Mars 2018, le folklore continue et la banque Desjardins est tenue d’aller au parlement québécois afin de s’expliquer sur ses nombreuses fermetures de succursales en région : « Desjardins devra s’expliquer à l’Assemblée nationale » (Le devoir, 16 mars 2018). Et le député libéral Guy Ouellette qui se félicite lui-même d’avoir initié cette grosse farce rocambolesque élaborée dans le but de montrer au monde que le Parti libéral du Québec et les autres partis ne sont pas des « moumounes ». Ces dernières années, la « coopérative » a fermé des centaines de points de service en région et va continuer à le faire, comme les autres banques d’ailleurs, sans que les gouvernements fassent quelque chose de concret, mis à part les simagrées coutumières. Nos élus sont plus « courageux » à s’attaquer au monde et au travailleur ordinaire et à leurs services publics.

Comme le poète disait, il faut surtout pas manger la main qui te nourrit. Très philosophique comme pensée. Plusieurs élus proviennent et travaillent dans le domaine bancaire que ce soit Leitao, Coiteux, Ménard, Gignac, Bachand, Aussant, etc. Il y en a plus d’élus du merveilleux monde bancaire que du milieu communautaire.

Le mot du président

Un grand pas en avant pour La Presse

9 mai 2018
Pierre-Elliott Levasseur, Président de La Presse

Le contexte

Un des défis de taille de notre société est le maintien d’un journalisme de qualité, ce qui passe inévitablement par la survie des grandes salles de rédaction.

Dans ce contexte, La Presse+ est un succès incontesté d’adhésion et d’estime des lecteurs. Chaque jour, elle est consultée sur 260 000 tablettes en moyenne. Et en ajoutant les plateformes web et mobile, La Presse rejoint chaque mois 63 % de la population adulte francophone au Québec.

La Presse annonce son intention d'adopter une structure sans but lucratif - Power Corporation ne sera plus propriétaire de La Presse

MONTRÉAL, le 8 mai 2018 /CNW Telbec/ - Le président de La Presse, M. Pierre-Elliott Levasseur, annonce l'intention de La Presse d'adopter une structure sans but lucratif qui bénéficiera d'une contribution financière de l'ordre de 50 millions de dollars de la part de Power Corporation.

Quelle est la juste rémunération d’un PDG?

Le PDG d'Hydro-Québec, Éric Martel.

Le président-directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel Photo : La Presse canadienne/Chris Young

Analyse - On a fait grand cas de la rémunération de 815 000 $ versée au PDG d'Hydro-Québec Éric Martel en 2017, une hausse de 26 % par rapport à l'exercice précédent. Le grand patron de la société d'État gère pourtant près de 20 000 employés et 75 milliards de dollars d'actifs. Sa rémunération représente 8,6 fois le revenu moyen des travailleurs d'Hydro-Québec. C'est vrai que c'est beaucoup d'argent, 815 000 $, mais comment peut-on juger que c'est le juste salaire pour le PDG d'Hydro?

20 mars 2018
Gérald Fillion, Radio-Canada

Dans un monde où les PDG sont des stars que les entreprises se volent entre elles, c’est en millions de dollars qu’on calcule les rémunérations dans les grandes entreprises en bourse. Comme au hockey, comme au baseball, comme dans les grands sports professionnels mondiaux. Celui qu’on considère comme étant le meilleur est payé en millions, parfois en dizaines de millions de dollars.

Le projet d'augmenter la rémunération de son patron de 50 % devait la porter à 3 millions d'euros par an. - Toussaint Kluitters- AFP

Le PDG de la banque ING ne sera pas augmenté de 50 %

2018-03-13
BFMTV

La banque ayant été renflouée par des fonds publics lors de la crise de 2008, le projet d'augmentation de Ralph Hamers a soulevé une vague de contestation dans l'opinion publique et au sein de la classe politique néerlandaise.

La vague de contestation a porté ses fruits. La principale banque des Pays-Bas ING a renoncé mardi à augmenter le salaire de son PDG Ralph Hamers.

Partenaires :