6 des 7 grandes banques adhèrent à la Net Zero Banking Alliance de l’ONU

22 octobre 2021
Dominique Lemoine

Six banques du Canada rejoignent l’alliance bancaire Net ZĂ©ro de l’Organisation des Nations unies (ONU) et soutiennent faire des « efforts Â» dans la lutte contre les changements climatiques.

Dans un communiquĂ© conjoint, la Banque canadienne impĂ©riale de commerce, la Banque de MontrĂ©al, la Banque nationale du Canada, la Banque de Nouvelle-Écosse, la Banque royale du Canada, ainsi que la Banque Toronto-Dominion, affirment se joindre Ă  l’alliance de banques Net ZĂ©ro initiĂ©e par l’ONU pour « harmoniser Â» les pratiques de financement vers la cible « zĂ©ro Ă©mission nette Â» d’ici 2050.

Selon ces banques, l’alliance Net ZĂ©ro « soutient les efforts des banques dans la lutte contre les changements climatiques Â» et elle vise Ă  « accĂ©lĂ©rer la mise en oeuvre d’efforts Â», par exemple des efforts dans le financement « d’initiatives de dĂ©veloppement durable Â» et de « projets d’énergie renouvelable Â» de la part des entreprises et des organisations clientes.

Ces banques soutiennent avoir dĂ©jĂ  chacune de leur cĂ´tĂ© pris des mesures afin de collaborer avec leurs clients « pour rĂ©duire les Ă©missions de carbone Â», s’être engagĂ©es Ă  « aider les clients Ă  concevoir et mettre en oeuvre leurs propres transitions vers une Ă©conomie Ă  faibles Ă©missions Â», et avoir « consacrĂ© des efforts pour rĂ©duire les consĂ©quences de leurs propres activitĂ©s d’exploitation Â».

Cependant, selon elles, tous ces efforts et toutes ces mesures pour le climat nĂ©cessitent des « efforts complexes et interdĂ©pendants de nombreuses parties prenantes dans l’ensemble de l’économie Â», une « collaboration entre les secteurs public et privĂ© Â», ainsi que « l’établissement d’un marchĂ© financier viable et efficace qui protègera la rĂ©silience du secteur financier canadien Â».

Des doutes persistants

Le président de l’alliance bancaire Net Zéro est Mark Carney.

La Presse canadienne rapportait rĂ©cemment qu’une coalition d’organisations de protection de l’environnement accusent l’ancien gouverneur de la Banque du Canada de « permettre Ă  certaines des plus grandes banques de l’utiliser, lui et l’alliance, comme couverture commode pour continuer Ă  financer la production et l’expansion des combustibles fossiles Â».

Selon Radio-Canada, un rĂ©cent rapport produit par les Services Ă©conomiques RBC « met en garde Â» contre une « trop grande prĂ©cipitation Â», puisque « s’il y avait une baisse soudaine et importante de la production de pĂ©trole et de gaz, les recettes fiscales du gouvernement chuteraient d’environ 8 milliards de dollars par annĂ©e Â», ce qui « pourrait entraver la transition verte Â».

Radio-Canada ajoute que de hauts fonctionnaires du ministère des Finances ont Ă©crit en septembre 2020 dans une note d’information que les institutions financières « devraient en faire plus Â», afin de « soutenir l’accĂ©lĂ©ration de l’investissement durable Â».

Lire aussi :

La Caisse de dĂ©pĂ´t se dit prĂŞte Ă  renoncer au pĂ©trole â€şâ€şâ€ş

Il faut une sociĂ©tĂ© responsable pour avoir un marchĂ© responsable â€şâ€şâ€ş

Des banques d’ici, ni cheffes de file ni premières de classe â€şâ€şâ€ş

Partenaires :