đź“· Zbynek Burival, Unsplash

L’empreinte carbone des banques exposée et mesurée

21 octobre 2022
Dominique Lemoine

Les réductions d’émissions de gaz à effet de serre obtenues par le soutien des banques à des projets d’efficacité énergétique ou à la mise au point de technologies vertes représentent une part infime des émissions totales qu’elles financent par leurs prêts et placements.

Selon un rapport signĂ© par le chercheur Hubert Rioux de l’Institut de recherche en Ă©conomie contemporaine (IREC) pour Oxfam-QuĂ©bec, pour 100 tonnes d’émissions de gaz Ă  effet de serre (GES) produites par des entreprises polluantes qui font partie des portefeuilles de prĂŞts et de placements des banques d’ici, ces dernières ne rĂ©duisent en moyenne leurs Ă©missions totales financĂ©es que de cinq tonnes grâce Ă  leurs initiatives avec prĂ©tentions Ă  la carboneutralitĂ© dont elles se targuent dans des communiquĂ©s.

« Pour atteindre la carboneutralitĂ©, les "Ă©missions Ă©conomisĂ©es" devraient Ă©quivaloir Ă  100 % des Ă©missions financĂ©es; or, aucune banque n’a un ratio d’impact carbone supĂ©rieur Ă  10 % Â», affirme Oxfam-QuĂ©bec.

Aucune des huit grandes banques ne s’est engagĂ©e Ă  retirer ses billes de l’industrie des Ă©nergies fossiles et elles s’essayent toutes Ă  faire passer des processus d’extraction, transformation et consommation d’énergies fossiles moins sales, mais quand mĂŞme sales, pour de la finance « durable Â» et de l’investissement « vert Â».

Selon Oxfam-QuĂ©bec, quelles que soient les belles paroles que les banques affichent et mettent de l’avant, elles « ont encore des efforts importants Ă  faire pour atteindre les cibles de l’Accord de Paris Â», alors que plusieurs de leurs fonds communs et de leurs fonds nĂ©gociĂ©s en bourse, dont des fonds dits ESG ou Ă©cologiques, « ne sont pas alignĂ©s sur les cibles de l’Accord de Paris Â» de lutte contre les changements climatiques.

Oxfam-QuĂ©bec et ses partenaires demandent aux pouvoirs publics d’intervenir, par exemple en Ă©tablissant des normes « claires Â» pour rĂ©glementer les produits financiers considĂ©rĂ©s comme Ă©tant « verts, durables ou responsables Â», en suivant l’exemple de l’Union europĂ©enne.

Lire aussi :

L’écoblanchiment n’est pas qu’imaginaire â€şâ€şâ€ş

Fonds dits ESG et Ă©coblanchiment de portefeuilles â€şâ€şâ€ş

Le diable est dans les dĂ©tails â€şâ€şâ€ş

Partenaires :