Piquer au vif des fonds spéculatifs : un plan à double tranchant

12 février 2021
Dominique Lemoine

Les fonds spéculatifs ayant été contraints de liquider des positions courtes par une masse d’investisseurs individuels regroupés via des réseaux sociaux pourraient obtenir revanche, en particulier sous la forme de barrières à l’entrée des marchés.

Selon une analyse publiée par ISS Insights et sur le forum de l’école de droit de l’Université Harvard en matière de gouverne d’entreprises, plus de règles imposant aux courtiers de limiter les outils d’investissement rendus disponibles aux investisseurs individuels par l’entremise de leur plateforme en ligne pourraient être mises en oeuvre pour préserver la capacité d’acteurs du marché de vendre à découvert.

Par ailleurs, selon la même analyse, il existe un risque que des institutions qui ont intérêt à ce que les dynamiques des marchés soient stables et prévisibles, pour pouvoir mieux parier sur des dévalorisations d’entreprises, « fassent pression pour que moins de transparence soit dorénavant exigée d’elles dans leurs divulgations obligatoires » concernant leurs actifs et leurs positions sous gestion.

Autrement dit, pour ceux qui voudraient, par exemple, combattre des ventes à découvert misant sur la défaillance d’entreprises solides mais secouées par des circonstances hors de leur contrôle, comme une pandémie, il pourrait devenir plus compliqué de connaître l’existence ou l’ampleur des positions courtes actives sur un titre spécifique, de même que d’acquérir les options ou les actions nécessaires pour contrer ces positions.

Un autre texte publié par ISS Insights fait remarquer que les hausses significatives et momentanées de la valeur des titres (ceux dits titres Reddit, titres Robinhood ou meme stocks) pourraient procurer à des dirigeants des hausses de leur rémunération incitative basée sur le rendement boursier, même si ces hausses n’étaient pas nécessairement reliées à leur performance.

Vendre à découvert pour des bonnes raisons?

Selon ISS ESG, certains investisseurs institutionnels évitent de vendre à découvert par souci à l’égard de l’intégrité du marché et des valeurs, tandis que d’autres se permettent de vendre à découvert de manière à « faire avancer leurs objectifs ESG ».

Par exemple, le World Wide Fund for Nature mettrait à exécution une stratégie mobilisant les tactiques de la vente à découvert et des échanges d’actifs, de manière à « miser sur le déclin structurel et global du secteur des combustibles fossiles ».

Lire aussi :

Tiraillage réglementaire entre les masses et les riches ›››

Wall Street perturbé par le bas de l’échelle ›››

Appétit pour des réformes législatives contre la vente à découvert abusive ›››

Partenaires :