De la consommation à la subsistance

24 avril 2020
Dominique Lemoine

La pandémie de la COVID-19 et le bris de normalité qui l’accompagne réordonnent les besoins des consommateurs individuels et institutionnels, et récompensent les négociants dont les marchandises sont déjà ou deviennent primaires.

Dans les circonstances actuelles, les commerçants dont les activités participent à assurer un minimum vital aux humains, par exemple en termes de provisions alimentaires, de produits médicaux et de soutiens à l’expérience humaine de l’existence en confinement, tirent leur épingle des jeux commerciaux.

Secteurs plus essentiels qui profitent

Par exemple, les ventes de l’épicier en chaîne Metro auraient augmenté de 125 millions de dollars au cours de deux premières semaines du mois de mars, selon ses résultats publiés mercredi.

Rappelons qu’un premier cas probable de COVID-19 au Québec avait été rapporté dans les médias à la fin du mois de février, et que l’administration publique a ensuite déclaré l’état d’urgence sanitaire le 14 mars.

Du côté de la chaîne de pharmacies Jean Coutu, qui appartient au Groupe Metro, « le volume d’ordonnances demeure stable, mais les ventes au détail sont en recul, notamment en raison des mesures de sécurité déployées pour encadrer l’achalandage », selon Le Devoir.

Secteurs moins essentiels qui profitent avec un plan B

En Ontario manufacturière, General Motors produira des masques à son usine d’Oshawa à la place de produire des véhicules, dans le cadre d’un contrat concédé par Santé Canada, tandis que de toute façon des stocks de véhicules sont immobiles dans les cours des vendeurs.

Au Québec, le fabricant de simulateurs de formation au transport aérien et aux soins de santé CAE a rappelé 1500 travailleurs qu’il avait d’abord mis à pied.

Ces derniers produiront désormais des respirateurs pour les patients atteints de la COVID-19 et fourniront des masques N95 aux travailleurs de la santé de première ligne, dans le cadre de contrats avec les États du Canada et du Québec, ainsi que du programme de Subvention salariale d’urgence du Canada.

Rappelons aussi que le fabricant d’équipements de hockey Bauer produit désormais à son usine de Blainville des visières de protection pour le réseau de la santé, tandis que les équipements de hockey dans les sous-sols ne s’usent pas.

Lire aussi :

Des actions sincères devront suivre les campagnes d’image ›››

Des entreprises privées se joignent à l’effort collectif contre la COVID-19 ›››

Privilèges un jour, privilèges toujours? ›››

Calendrier de formation

Le calendrier de formation du printemps 2017 est maintenant disponible

2016-11-23
Normand Caron , responsable de la formation

Le calendrier des prochaines séances de formation du MÉDAC est maintenant disponible. La formation complète de 12 h est offerte par modules (« visas », séances, cours) de 3 h détachables que l’on peut suivre à la pièce.

Lire la suite…

Du contenu exclusif pour les membres du MÉDAC

Il est maintenant possible à chaque membre en règle du MÉDAC de se « connecter » au site web de l’organisme à l’aide de son adresse courriel.

Pour accéder au contenu réservé, il vous faut, à titre de membre en règle, obtenir un mot de passe associé à votre adresse de courriel. Pour des raisons de sécurité évidentes, votre mot de passe ne vous sera envoyé ni par la poste, ni par téléphone, ni par courriel. Le seul moyen de l’obtenir est de remplir le formulaire de la page web qui se trouve à l’adresse Internet suivante :

http://medac.qc.ca/connexion?view=reset

Ce document est également accessible via le chemin suivant :

medac.qc.ca → Connexion → Mot de passe oublié?

En suivant cette procédure simple et les instructions qui vous seront envoyées par courriel, il vous sera possible de choisir un mot-de-passe pour accéder au contenu réservé du site web du MÉDAC. Prière de noter que le MÉDAC doit nécessairement connaître votre adresse courriel pour qu’il soit possible d’activer votre compte d’accès et qu’il ne peut exister qu’un seul compte par adresse courriel.

Partenaires :